Projet Liban au collège Notre-Dame du Bon Accueil

Publiée le 07/06/2021 Education au Développement / ECSIVie du réseau

Qui suis-je?

Je m'appelle Lucille, j'ai 24 ans, et je suis en service civique depuis Décembre 2020 chez Pays de la Loire Coopération Internationale. Mon rôle est d'appuyer l'animation et la communication au sein du réseau. J'ai pour mission de valoriser les projets d’Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale mis en œuvre en Pays de la Loire. Pour cela, je suis amenée à me déplacer dans les établissements scolaires de la région, afin d'assister aux projets soutenus par Pays de la Loire Coopération Internationale, notamment les Tandems Solidaires, et la Campagne Liban.

Je rejoins le Collège Notre Dame du Bon Accueil à Gorge en voiture avec ma collègue Eva, afin d'assister à la séance de rencontre-retrouvailles pour le projet Liban.

Il s'agit d'un temps d'intervention des journalistes de Globe Reporter au sein d'une classe de 3ème qui participe au projet Liban. L'idée de cette séance est dans un premier temps de faire un retour sur les interviews réalisées par Sidonie lorsqu'elle était au Liban en tant qu'envoyée spéciale pour les élèves. Dans un second temps, il s'agit pour les élèves de restituer le travail qu'ils ont réalisé jusqu'ici, et de le continuer avec l'aide des journalistes.

Cet établissement est un collège des Apprentis d'Auteuil, ce qui signifie qu'il accueille des élèves en difficulté scolaire, avec des besoins particuliers. Il propose un parcours adapté au rythme de chacun, pour permettre aux jeunes de prendre un nouveau départ. Les classes du collège accueillent entre 12 et 20 élèves, afin que les enseignants puissent individualiser leur accompagnement et répondre de façon plus efficace aux difficultés des jeunes. La particularité de cet établissement est que de nombreux projets y sont menés pour que les jeunes reprennent confiance en eux : des séjours ou sorties pédagogiques sont régulièrement organisés, ainsi que des classes découvertes culturelles, historiques. Le projet Liban s'inscrit dans cette dynamique mise en place dans ce collège.

Nous retrouvons donc la professeur documentaliste, les 13 élèves de 3ème, et Sidonie et Manon, les journalistes impliquées dans ce projet, au CDI du Collège. La séance commence par une discussion entre Sidonie et les élèves sur son périple au Liban, et notamment ses conditions de travail dans un contexte de confinement lié à la crise sanitaire. Ensuite, les élèves et Sidonie discutent de son interview de Sœur Antoinette qui gère un centre d'accueil de réfugiés (syriens, irakiens et palestiniens). Sœur Antoinette a répondu aux questions des élèves concernant la situation des réfugiés au Liban et les missions du centre (soins, aide alimentaire, éducation des enfants).

Sidonie leur demande comment avance leur projet. Les élèves présentent la répartition des tâches qu'ils ont prévues pour la réalisation d'un diaporama sonore sur le thème la situation des réfugiés au Liban, en utilisant les interviews de Sidonie. Ils présentent tour à tour la partie du diaporama dont ils sont chargés (introduction, présentation, partenariat, etc). Les journalistes aident les élèves à définir les éléments qu'ils doivent travailler pour leurs parties du projet, afin que le tout soit cohérent, accrocheur, et fluide.

Ensuite, ils se répartissent en demi-groupe animés par Manon et Sidonie.

Manon leur fait répéter leur texte et leur donne des conseils de diction, de choix de vocabulaire, etc.

L'autre groupe travaille avec Sidonie et la professeur documentaliste sur des recherches supplémentaires. Ils rédigent le texte qu'ils vont enregistrer à l'audio pour le diaporama sonore.

Interview de Baptiste et Mathis, élèves de troisième

Sur quelle partie du diaporama sonore travaillez-vous ?

Nous, notre groupe c'est sur les missions du centre par rapport aux réfugiés. Donc on a découvert que le centre devait aider et soutenir les réfugiés au Liban. On a participé à l'interview de la sœur qui gérait le centre, et là on est en train de faire un texte pour le mettre en audio pour faire un diaporama-audio.

Qu'est ce que ce projet vous a appris ?  

On a appris que le Liban c'était un pays où il y avait énormément de réfugiés et ça on ne le savait pas forcément. Qu'il y avait beaucoup de gens qui étaient dans la pauvreté comme ça.

Qu'est-ce qui vous a intéressé dans ce projet ?

Ce qui m'a intéressé le plus c'était le traitement de documents. Parce qu'on nous envoyait plein d'audios sur des questions posées à des libanais par exemple et nous on traitait des informations et on les mettait en texte. De voir l'histoire du Liban ça aussi c'était intéressant ! Le gouvernement et tout et tout, ce n'est pas comme chez nous.

Baptiste : Moi j'ai découvert que le journalisme j'aimais bien ça. Se renseigner sur d'autres pays aussi parce qu'il n'y a pas que le Liban.

Interview de Claudine Cesbron, Professeur-documentaliste au Lycée Notre Dame du Bon accueil.

Pourquoi avoir choisi de participer à ce projet ?

Dans notre mission il y a l'EMI et c'était dans ce cadre-là que j'avais envie de proposer aux élèves de s'ouvrir à l'international et de travailler avec des professionnels journalistes. L'occasion s'est présentée avec ce projet d'enquête au Liban.

Quel est l'apport d'un tel projet pour les élèves ?

Je pense que l'enjeu était d'ouvrir les élèves à un sujet qu'ils ne connaissaient pas. De les mettre dans une pratique journalistique, de les mettre dans la peau d'un journaliste et puis de comprendre que pour produire une information de qualité il faut travailler de manière structurée, de manière un peu précise… Aujourd'hui ils sont beaucoup confrontés aux fausses informations, aux informations un peu fabriquées : c'est bien qu'ils puissent comprendre que le métier de journaliste c'est un métier où il faut croiser ses sources.

Qu'est ce qui vous intéresse le plus dans ce projet ?

En tant qu'enseignante, ce qui m'intéresse sur ce type de projet c'est d'être vraiment sur une dynamique de projet ! Au niveau pédagogique et éducatif c'est très intéressant parce qu'on le voit bien aujourd'hui, ils ont chacun leur activité, ils produisent quelque chose et ça les met en action, ça développe des compétences de manière beaucoup plus interactive et intéressante que quand on est juste dans la transmission de connaissances. J'espère qu'avec ce projet ils prennent confiance en eux, et en leurs capacités à s'interroger sur l'actualité, à s'intéresser au monde qui les entoure… prendre confiance en eux sur leurs capacités à écrire, à produire, à parler dans un micro, etc. En fait tout ce qui relève de les faire grandir !

Avez-vous une pépite à partager sur ce projet ?

 Aujourd'hui ! Ils sont vraiment dans le travail. Je pense que c'est parce qu'il y a les intervenantes extérieures. Vraiment ça les aide d'être avec des professionnelles ! Ça les stimule. Et puis c'est un autre regard que celui des enseignants donc ça vient donner encore plus de poids à ce qu'ils font.

Pays de la Loire Coopération Internationale

Pays de la Loire Coopération Internationale est le réseau régional multi-acteurs des Pays de la Loire. Il soutient les acteurs de la coopération internationale en Pays de la Loire au service d’actions de coopération internationale plus efficaces et plus pérennes. Il favorise l’ouverture à l’international des habitants des Pays de la Loire.

Informations pratiques

Siège social : 83 rue du Mail 49100 ANGERS

Email : contact@paysdelaloire-cooperation-internationale.org

Téléphone : 0241359300

Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères
Agence Française de Développement
Région Pays de La Loire
Agence de l'Eau Loire-Bretagne
Service Civique
Fonds pour le développement de la vie associative